Écoutez

Iléanou

«Iléanou» est un insubmersible petit habitable de type «Pirate» conçu par François Sergent et sauvé par un équipage passionné. A mi-chemin entre la petite plaisance et le yachting classique, il incarne la période du développement de la navigation pour tous à La Rochelle d'après guerre.

Architecte

François Sergent est né à Paris le 18 mai 1911, rien ne le prédestine à l’architecte navale. A 18 ans, bac littéraire en poche, il se destinait à la marine marchande, mais la crise des années 20 sonne le glas de sa carrière de capitaine au long cours, les officiers ne trouvant pas d’embarquements. Il part en Angleterre et y fait ses premières armes d’architecte naval en « croquant » pendant ses loisirs, les voiliers conçus par les grands maîtres comme Fife, Nicholson, Reimers… Au début des années 30, il revient en France comme enseignant et passe ses loisirs à naviguer comme matelot et à dessiner des bateaux (premiers plans en 1933). Ce n’est qu’à partir de 1944 qu’il décide de se consacrer exclusivement au métier d’architecte naval qui jusqu’alors ne lui permettait pas de nourrir sa famille. Tout au long de sa carrière, entre séries et unités spécifiques, il réalise plus de 290 plans ! Après avoir dessiné des embarcations légères (canoës équipés de voiles et dériveurs de régate, dont le fameux Caneton),  il se consacre à la conception de voiliers de course et de croisière : "Grondin", premier voilier habitable en collaboration avec J.J. Herbulot (1945), "Mistral" (1950), la "Bonite"(1952) et le "Pirate " en 1956...  
 Il s’illustre notamment dans la décennie 1950-1960 par la réalisation de grands voiliers destinés aussi bien à la croisière qu’à la course au large : "Varna II ", "Éloise", "Aquilon", "Thétis II", "Éloise II", "Marie Christine III", "Thalamus"… La sélection des deux sisterships dans les équipes françaises de l’Admiral’s Cup ainsi que les commandes de nombreux navires de propriétaires, construits à l’unité dans des chantiers réputés (Hervé, Pichavant, Rameau...), témoignent de sa réussite dans ce domaine. Avec la venue de l'industrie nautique, il conçoit des voiliers modernes pour les chantiers Amel, B2 Marine et surtout pour les Constructions Nautiques du Sud-Ouest. François Sergent aimait naviguer, tester les bateaux qu’il avait dessinés afin de faire évoluer leur conception. Il estimait cette pratique bien supérieure à la modélisation informatique et assurait que «l’ordinateur a sclérosé l’imagination créatrice et le sens esthétique des architectes». Il nous a quitté en 2000, ses cendres ont été répandues dans le Pertuis d’Antioche. 

Construction et sauvetages

Le précédent propriétaire d'«Iléanou» nous a fait parvenir le récit d'une histoire mouvementée. Il en devint propriétaire par le biais d'un ami mais déjà, dans les années 1970, le bateau était échoué à Saint-Savinien. Le malade restauré, mis sur remorque, trouve alors un port d'attache à Fort Lupin en Charente où il prend l'eau, la chaine du corps mort entortillée sur l'émérillon. Réparation faite, une plate ostreïcole un jour de tempête le percute, casse l'amarre et  «Iléanou» se retrouve projeté sur un carrelet, coque éventrée, roof arraché, pillé. Son histoire aurait pu s'arrêter là mais son armateur Serge Dubois le répare chez lui et navigue avec jusqu'en 2002 après quoi il achète un autre bateau.

C'est à une réunion organisée à l'occasion du cinquantenaire d'«Eloise II» en 2007 qu'«Iléanou» arrive pour la première fois sur les quais du Musée Maritime de La Rochelle. Les grands yachts classiques rassemblés pour l'occasion l'en remercient, car la question posée alors par Paule Sergent, veuve de l'architecte, fut «mais où est le Pirate ?» Son absence aurait donc été remarquée !

A son retour sur Rochefort après ce rassemblement : l'avarie de trop, une voie d'eau au niveau du moteur. Dématé, il a attendu à domicile la venue en 2018 de trois compères qui depuis lui rendent une nouvelle jeunesse.

Le courrier qu'ils ont adressé au Musée Maritime illustre à lui tout seul l'intérêt patrimonial de l'unité :

[...] Iléanou n'a cessé de nous montrer sa vitalité et son refus de mourir. Tempêtes, naufrages l'ont mis à terre mais ils n'ont pas eu raison de sa volonté de survivre et de renaître. Alexandre, Sébastien et moi-même ne sommes pas de grands marins. Nous aimons la mer dés lors qu'elle signifie amitié, entraide, partage et respect. [...] Iléanou n'est pas le plus beau, pas le plus grand ni le plus rapide ou le plus luxueux des voiliers. Il est peut-être tout l'inverse, mais il traduit bien la volonté de son architecte François Sergent, de transmettre le goût de la voile et de la mer à un maximum de personnes. [...] (Jean-Philippe Le Cam)

Caractéristiques

Année1967
TypePirate
ArchitecteFrançois Sergent
ChantierNautic Saintonge (17 Saujon)
Longueur hors tout5,50 mètres
Longueur flottaison5,40 mètres
Bau maximum1,90 mètres
Tirant d'eau1,20 mètres
Déplacement0,55 tonnes
MoteurHors bord deux temps essence
Agrément31/01/2019