Écoutez

Petit Salé II

«Petit Salé II» est un cotre mis à l’eau en 1952 sous le nom de «Lou Pescadou». Le chantier Bernard à La Tremblade était spécialisé dans la construction de ce type de petit bateau de pêche appelé coureauleur charentais.

Histoire

D’une longueur de moins de dix mètres et de faible tirant d’eau, capable d’aller lever des filets ou des casiers à faible profondeur entre les îles, «Petit Salé II» se joue des marées.

À l’origine de la commande, son premier propriétaire souhaitait acquérir un bateau pour l’usage mixte : pêche et promenade. Sur les conseils d’amis marins, le choix s'orienta vers la construction d'une coque traditionnelle des bateaux de travail du coureau avec toutefois des formes plus élancées afin de garantir un meilleur rendement à la voile. Le gréement de type Houari ne comportait pas de bout-dehors à l'origine. Mais l'adjonction postérieure de cet élément améliora nettement la rapidité et la stabilité.

Pendant 25 ans, son port d’attache en période hivernale fut le chenal de la Grève à La Tremblade où il était la terreur de la faune aquatique du lieu, jusqu'au jour fatal où la pêche fut interdite aux plaisanciers dans le coureau d'Oléron. Le bateau délaissé sur la vase du chenal de la Grève, il aurait pu totalement disparaitre comme beaucoup d'autres, si Philippe Lavigne n'avait su apprécier outre ses qualités connues de voilier, la beauté de sa taille et l'élégance de son allure. Et durant la saison estivale, il mouillait dans la baie de Ronce-les-Bains.

Protégé au titre des monuments historiques le : 09/03/2010

Restauration

Rapatrié à La Rochelle en 1975, le bateau sera profondément restauré et classé au titre des Monuments historiques en 2010. «Petit Salé II» est resté dans la darse du Slipway quelques années avant de changer de propriétaire.

Acquis en 2009 par le charpentier Daniel Despierres sous le charme de cette unité depuis longtemps, ce dernier le sauve et le restaure au plus près de son état d’origine en 2013-2014. Un travail remarquable fêté lors de sa remise à l’eau en 2014. Vendu en 2019, cette très emblématique unité des pertuis charentais continue de naviguer avec la flotte des yachts classiques amarrés sur les quais du musée maritime de La Rochelle.

Caractéristiques

Année1952
TypeCôtre Houari
ArchitecteBernard
ChantierBernard Frere (La Tremblade, 17)
Longueur hors tout8,36 mètres
Longueur à la coque6,21 mètres
Longueur flottaison6 mètres
Bau maximum2,40 mètres
Tirant d'eau0,7 mètres
Tirant d'air8,36 mètres
Déplacement2,20 tonnes
Jauge2,43 tonneaux
MoteurCitroën 9 cv
AgrémentÀ l'année le 04/04/1996